Far Cry 3 : Blood Dragon, le jeu qui fait trop rigoler !!!

Si je devais décrire Far Cry 3 : Blood Dragon en un seul mot, ce serait DELIRE. Un délire calculé évidemment car si Ubisoft nous offre cet épisode explosif à l’allure totalement années 80, c’est que le retrogaming plaît énormément ! Bien joué donc de nous servir ce volet parallèle à Far Cry 3 où les références aux films de gros bras de l’époque ne peuvent pas laisser les trentenaires indifférents… Voyez par vous même et laissez vous porter, on est là pour rigoler 😉

Dès le début du jeu, on note les références à certains films cultes ;)
Dès le début du jeu, on note les références à certains films cultes 😉

Posez-vous deux petites minutes, vous qui n’avez peut-être pas encore touché au jeu, et imaginez l’univers de Far Cry 3 entièrement repensé façon 80, que ce soit en termes de textures, d’ambiance ou encore de bande-son. Magique. Nous voici bel et bien sur l’île ou nous menions nos investigations dans Far Cry 3, avec un gameplay similaire à celui de ce dernier mais en plein cœur des années Bananarama ! Décors à la Terminator avec des néons partout, dialogues kitsch et dénués de sens, cinématiques sans animations, bande-son « synthétiseur » (j’ai l’impression de jouer sur les meilleurs titres du Top 50 pour tout vous dire…) C’est délicieusement rétro !

L’essentiel du jeu original est là bien sûr : nous évoluons sur une île sauvage sur laquelle il faut libérer les avant-postes occupés par l’ennemi pour débloquer de nouvelles missions, des compétences, des armes et des améliorations qu’on chope ensuite bien sûr dans les magasins mais tout le reste est un vrai délire WTF ! Petit détail marrant à ce titre : en plus des munitions ou de l’argent qu’on ramasse on peut aussi s’amuser à trouver des téléviseurs planqués un peu partout ou encore à ramasser et collectionner des VHS histoire de rester dans l’ambiance…

Mais parlons du personnage qui est un vrai phénomène il faut le dire : En effet, c’est un cyber soldat prénommé Colt Power Rex mais c’est surtout un mec super fort et bourré de patriotisme m’voyez ! Sa mission : libérer l’île en question ainsi que les scientifiques qui y travaillent du joug des Cyber-soldats (des proches parents de Daft Punk au vu de leur aspect) servants l’Omega force, une organisation crée et dirigée par un certain Sloan, accessoirement son ancien boss…S’ajoutent d’autres missions spéciales dans lesquelles il faut sauver et escorter des scientifiques pris en otages par les méchants. Un rien pour notre héros !

En ce qui concerne les capacités de Rex, ces dernières s’améliorent automatiquement au fur et à mesure de la progression,  le joueur débloquant ainsi de nouvelles fonctions, armes et améliorations à chaque fois qu’il grimpe d’un niveau. Basique. Un système de jeu simplifié, à la manière des jeux sur cartouches qui ont bercé notre enfance et qui donne ainsi l’occasion de se focaliser sur l’aventure et surtout sur le fun ! A savoir que notre perso peut sauter de n’importe quelle falaise ou encore faire de l’apnée pendant 12 heures, il ne se fera pas bobo ! Et ouais, il est à moitié robot, ce qui facilite grandement le jeu ! Et puis je le répète c’est totalement barré…

Les dragons de feu fluos !
Les dragons de feu fluos !

Autre différence par apport à FarCry 3, les Dragons de feu. En effet, ces gros bébés lanceurs de lasers se baladent un peu partout sur l’île et il est vital d’essayer de ne pas se faire repérer par ces derniers, chose aisée car il suffira de progresser accroupi pour leur passer sous le nez ou encore de détourner leur attention. Pour ce faire, tentez de balancer des cyber-cœurs arrachés aux poitrines de vos ennemis, c’est très efficace !

Côté décors, je le disais plus haut, le joueur évolue dans un environnement très orienté « jeu vidéo années 80 » et dans une ambiance à la Robocop ; l’île si luxuriante dans le jeu original s’est transformé en un lieu sombre uniquement éclairé par une lumière rougeâtre provenant du ciel ou encore par les néons fluorescents des postes de garde. Cet esthétique très particuliere donne à mon sens un cachet supplémentaire au jeu même si du coup, la visibilité s’en trouve affectée.

Bon, jusqu’ici le jeu parait à peu près normal… Oui sauf que dès les premières minutes de tuto, on est mort de rire. Conseils inutiles, vannes et autres débilités visant à dénigrer les interminables didacticiels qui polluent les premières et très longues minutes de tous nos jeux vidéo, se succèdent tout au long de la partie. Au bout d’un moment, on se prend même à attendre les prochains « conseils » avec impatience juste pour voir les subtiles âneries qu’Ubisoft a imaginé pour nous faire rire !

Une ambiance bien différente du jeu original...
Une ambiance bien différente du jeu original…

Oui, ne nous cachons pas derrière le petit doigt, l’intérêt de Far Cry 3 : Blood Dragon réside surtout dans son côté fun, son scénario complètement barré et son univers incroyable, directement inspiré des films d’actions les plus cultes en passant par Predator, Rambo ou Terminator et j’en passe…En fait, on a constamment l’impression d’être dans un film de gros bras, avec les dialogues débiles qui vont avec. On irait presque se chercher un pot de pop-corn pour jouer, c’est tellement génial !

Enfin pour finir, un petit mot sur la bande originale composée par Power Glove et qui est tout simplement une pure tuerie ! Totalement dans l’univers de cet opus hors du commun, elle offre au joueur encore plus d’immersion, ce qui fait de Blood Dragon un véritable voyage au cœur de l’âge d’or du jeu vidéo ! Alors si vous avez 5 ou 6 heures devant vous et 15 euros en poche n’hésitez pas une seule seconde, ce jeu est une bouffée d’oxygène ! Encore une fois, bravo Ubisoft et merci !

carole

Admin

2 pensées sur “Far Cry 3 : Blood Dragon, le jeu qui fait trop rigoler !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Translate »