Metal Gear Solid V : The Phantom Pain me dévoile enfin son visage !

Quand on parle de grands jeux vidéo il est presque impossible pour les vrais joueurs de ne pas penser à l’une des sagas vidéoludiques les plus cultes de l’histoire : Metal Gear Solid. Et depuis les premières images du prochain épisode de la série mythique de Kojima, les cœurs battent à tout rompre, vibrant dans cette attente farouche et si longue des aventures de Big Boss…Ayant eu la chance incroyable et magique de pouvoir poser les mains quelques heures sur la bête sacrée, je vous propose mes premières impressions qui vous permettront d’en savoir plus avant le verdict final, le 1 Septembre…Boooss !!

metal-gear-solid-v-the-phantom-pain

 Etre Big Boss !

Et pendant ces quelques heures intenses en compagnie de Venom Snake, j’ai donc pu noter de nombreux points qui apportent une vraie fraîcheur à la série culte. En tout premier lieu, je note avec plaisir que les cinématiques sont sensiblement moins longues. Non pas que je n’apprécie pas les qualités narratives des MGS. Kojima a du génie pour raconter les histoires. Cependant, avec moins de temps passé à regarder, la narration gagne en fluidité et le plaisir en est décuplé. Autre détail, la voix forte et un peu rauque de Kiefer Sutherland qui se montre très efficace, posée. De mon point de vue elle colle tout à fait à notre cher Big Boss. De plus, dans cet opus aux accents sauvages, celui-ci a le verbe beaucoup plus rare ce qui en plus de permettre de ne pas trop « entendre » la nouvelle voix de notre héros ajoute encore un peu plus de force au personnage. Et celui-ci revient de loin croyez moi…Je ne peux pas vous livrer plus d’informations sur les détails du scénario pour le moment mais sachez d’ors et déjà que l’introduction m’a littéralement scotchée ! Pour le reste vous savez déjà que notre ami va retrouver son pote Ocelot en Afghanistan et qu’il va y avoir du sport…

Sachez que si vous avez joué à MGS : Ground Zeroes vous serez en terrain connu et vous noterez j’en suis certaine que le gameplay a indéniablement gagné en fluidité. Big Boss répond au taquet avec un dynamisme bluffant et on ressent chaque mouvement, chaque petit caillou sous son corps lorsqu’il progresse collé au sol ou lorsqu’il fait une roulade, la lourdeur de ses muscles quand il sprinte bref on est totalement dans la peau de notre personnage.

Un monde immense !

1425482149-305-card
Des environnements immenses et riches.

Vous le savez probablement aussi, la taille de la map de The Phantom Pain fait cent fois celle de Ground Zeroes. Il y a donc des choses à faire et de la place pour s’amuser ! Pour l’instant je n’ai pu visiter que la zone des premières missions à savoir quelques villages en Afghanistan et le paysage aride et sableux offre déjà un terrain de jeu immense et un somptueux tableau mais nous savons que la diversité des environnements est bien plus grande et que les autres régions que nous pourrons visiter offriront non seulement des univers variés, plus luxuriants, plus abrupts parfois, mais surtout fondamentalement différents et toujours aussi grandiose.

Les décors, les détails sont très soignés, le paysage sauvage offrant une vraie sensation de liberté, à perte de vue un peu à la Red Dead… Évidemment les yeux les plus exigeants remarqueront quelques petits défauts dans les textures mais rien de bien méchant et même si on n’atteint pas le niveau de la claque graphique de The Witcher 3, le rendu global est ultra réaliste et on en prend sincèrement plein la rétine!

Au rayon des missions, la première chose à dire est qu’elles seront variées et relativement courtes pour certaines, du moins pour ce que j’ai pu voir. Découpées en chapitres, façon « épisode » elles ont chacune un générique de début et de fin ce qui ajoute encore au côté cinématographique du jeu. Avant de partir sur le terrain notez que vous pourrez choisir l’intégralité de votre tenue : votre arsenal, votre véhicule et même votre co-équipier ! Nous y reviendrons plus bas quand nous aborderons les détails de la Mother Base. Les zones de missions sont elles aussi très vastes mais sachez qu’elles sont fermées durant la mission ce qui, rassurez vous, n’enlève rien à la liberté de mouvement vu leur grandeur ! Quoi qu’il en soit, il est préférable d’utiliser son cheval pour parcourir certaines distances, notamment entre les zones d’action sauf si vous voulez passer 10 bonnes minutes à sprinter pour atteindre certains objectifs… Jamais vraiment loin, D-Horse viendra à vous bien docilement, répondant au sifflement de son cavalier. J’en profite pour vous parler rapidement de votre chien DD qui sera lui aussi de la partie si vous décidez de l’embarquer avec vous en mission. Il sera un super binôme mais attention, contrairement à votre monture il n’est pas immunisé contre les balles et s’il meurt…bah il meurt. Plus de toutou. À vous de voir mais je préfère garder le mien à la Mother Base pour apprécier ses petites léchouilles en rentrant de mission !

Embarquez tout le monde à la Mother Base !
Embarquez tout le monde à la Mother Base !

On parle des alliés (notre cheval et notre chien ne seront pas les seuls…) mais passons rapidement au rayon des méchants. Sachez que vos ennemis sont encore plus coriaces qu’avant ! Méfiez-vous de l’IA qui est minutieusement bien calibrée et si notre ami se fait repérer il ne sera pas aisé d’en sortir indemne ! Il faut avancer prudemment, appréhender la zone de mission en amont en l’observant de loin avec ses jumelles, zoomer à fond pour localiser les ennemis et les marquer, ne pas hésiter à se servir des éléments pour évoluer plus discrètement. Par exemple, il est évident que s’infiltrer dans un village la nuit offrira plus de sécurité qu’en plein jour ! Sachez d’ailleurs que si vous arrivez sur une mission en journée vous avez la possibilité de faire avancer le temps grâce à votre cigare fantôme. N’hésitez donc pas à tirer quelques lattes 😉

Enfin toujours en termes d’ennemis vous risquez d’être surpris par le type de personnages que vous croiserez au fil de votre progression ; en effet, le paranormal à une grande place dans cet opus riche en surprises. Je pense évidemment au Skull Face cette unité spéciale de morts-vivants qui arriveront dans un nuage de brume épaisse et menaçante et qui bondissent à des hauteurs phénoménales pour atterrir comme des bombes devant vous afin de vous pulvériser…

Oh Mother Base !

La nature étant généreuse, vous pourrez ramasser un grand nombre d’éléments sur le terrain. Toutes ces richesses naturelles ont une utilité et vous pourrez les ramener à la Mother Base : diamants, plantes, mais aussi du matériel, des véhicules, des animaux et des hommes que vous pourrez transporter grâce au Fulton. Toutes ces choses vont bien sûr vous permettre d’agrandir et d’améliorer votre Mother Base, à la manière de Peace Walker. Notez également que vos armes, vos tenues, votre hélico, absolument tout sera customisable et améliorable.

De plus, chacun des soldats que vous rapatrierez à la base aura un rôle bien déterminé au sein des divers groupes qui composent celle-ci. En effet, selon leurs compétences respectives ils pourront aider à faire tourner la machine. Certains parlent d’autres langues et peuvent être traducteurs (bien pratique quand on ne parle pas le russe et qu’on veut interroger ses ennemis…), d’autres peuvent être affiliés au service Recherche et Développement, au service scientifique, bref à vous d’enrichir les équipes des Diamond Dogs et de définir les rôles afin d’améliorer votre Q.G au mieux. Notez à ce propos que votre santé mentale aura un impact sur le moral de vos troupes ! Effectivement, si vous êtes en forme, ces dernières seront motivées et plus productives. Sachez enfin que certains éléments ne pourront être emmenés à la MB qu’avec un système Fulton amélioré car celui que vous possédez de base ne propose pas de matériel assez solide pour transporter du matériel trop lourd. Encore une preuve que tout est améliorable.

La Mother Base.
La Mother Base.

La Mother Base propose donc une expérience très riche, type RPG qui donne du sel et une autre dimension à l’expérience de jeu. Je regrette de ne pas avoir pu passer plus de temps à m’occuper de ma base, c’est vraiment amusant et il ne fait aucun doute que cette activité « dans le jeu » deviendra une addiction pour pas mal de joueurs ! Pour finir, il faut aussi parler de l’incroyable bande-son aux morceaux grandioses qui renforcent encore l’immersion. Pendant presque 6 heures intenses, j’étais avec lui. En mission, totalement happée par l’univers de The Phantom Pain. Et quand on pense que la bestiole offrira presque 300 heures de jeu on peut déjà se dire que notre vie privée est foutue…

Si vous souhaitez la recette d’un bon jeu, prenez une bonne dose en infiltration à l’ancienne, du gameplay jeune et nerveux, les éléments de certains rpg aux allures sauvages, un personnage dont on ne peut pas oublier le nom, un scénario intelligent et vous obtenez un cocktail explosif nommé The Phantom Pain, dans lequel la patte de Kojima démontre une fois de plus le talent incommensurable de ce dernier. Rendez-vous donc le 1er Septembre pour découvrir le jeu dans son intégralité et savoir si cet opus magnifiera encore davantage la licence. Oui je suis fan 😉

carole

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Translate »