[TEST] Assassin’s Creed Unity :

Après avoir écumé les mers et les océans à bord d’un bateau, à la recherche de trésors incroyables et mené une vie de piraterie intense, Ubisoft nous propose de s’immerger dans une des périodes les plus marquantes de l’histoire de France, la Révolution ! Cette fois-ci, il est question d’arpenter les rues du Paris de l’époque dans une aventure rocambolesque rythmée par l’ambiance sanglante et malsaine de la révolte…Zoom sur la vendetta d’un assassin au cœur de la ville lumière !

495796

Un assassin à Paris

Un Paris à feu et à sang !
Un Paris à feu et à sang !

Ahhhh Paris et ses mystères ! On pourrait facilement dire que c’est le cadre idéal pour un assassin non ? Ses rues étroites, ses cafés, ses théâtres, la grandeur de ses monuments, son histoire remplie de secrets…C’est dans ce décor taché par le sang des révolutionnaires que notre personnage va se faire happer : en effet, avoir allumé la dernière console de jeu d’Abstergo, il se fait hacker par les Assassins des temps modernes et se retrouve dans la peau d’Arno Dorian, notre héros, qui, comme la plupart des protagonistes de la saga des Assassin’s Creed, va nous entrainer dans une aventure dans laquelle la vengeance est le moteur principal…En effet, après avoir quasiment assisté au meurtre de son père, il décide de consacrer sa vie à la recherche du mystère entourant ce dernier et à assouvir son désir de vengeance…
Bourré de charisme, impétueux et révolté mais droit dans ses baskets et plein d’humour, Arno fait très vite penser à Ezio, l’un des personnages les plus emblématiques de la saga. Cependant, il a une énorme différence avec ce dernier : il est amoureux. Et pas de toutes les femmes, d’une seule, la belle Elise, qu’il connaît depuis sa plus tendre enfance…Cette jeune fille au tempérament épicé saura se montrer aussi tendre que violente envers notre assassin et occupe une place importante dans l’intrigue du jeu car malgré l’amour qu’elle éprouve pour lui, tout semble les opposer…Mais point de spoil, concentrons-nous sur l’essentiel, nos aptitudes d’assassin !

La révolution mais en silence s’il vous plaît !

Et si vous êtes fan d’infiltration vous allez être servi car tout dans ce nouvel opus nous pousse à faire les choses de manière furtive, que ce soit les déplacements ou les meurtres. Notre assassin peut désormais se déplacer discrètement en appuyant sur la gâchette gauche qui lui permet d’avancer accroupi et se plaquer contre des éléments du décor en appuyant sur X/A. De plus, si vous vous faîtes repérer, vous bénéficiez de la capacité « traces fantômes » qui laisse une silhouette fantomatique à l’endroit où les gardes vous ont vu pour la dernière fois avant de vous perdre de vue. Un joker piqué directement à notre pote Sam Fisher vous l’aurez surement noté 😉
Quoi qu’il en soit l’I.A est beaucoup mieux calibrée dans ce nouvel épisode et les gardes ne réagissent que si vous êtes dans leurs champs de vision ou encore s’ils découvrent un cadavre ce qui est quand même beaucoup plus immersif…et pratique car ces derniers ont beaucoup plus coriaces que dans les volets précédents : en effet, si le système de combat a été largement simplifié et n’est finalement qu’un QTE déguisé ( vous contrez avec rond/B, vous attaquez avec carré/X et vous esquivez en faisant une roulade avec jostick+croix/A ) les ennemis sont beaucoup plus résistants et ça n’est pas chose aisée de se débarrasser d’eux surtout lorsqu’ils arrivent à plusieurs ce qui est le cas quand vous vous faîtes griller dans une zone blindée de gardes.

Assassiner en équipe.

Et certaines missions annexes sont carrément impossibles tout seul, je vous conseille donc de livrer certains combats à plusieurs ! Ce qui m’amène à vous parler de la nouveauté principale de cet épisode Parisien, le mode coop ! En effet, vous avez désormais la possibilité de jouer avec vos amis et de vous aventurer dans les rues de Paris ou ses Catacombes à plusieurs ce qui offre une autre dimension à l’expérience…et beaucoup de fun ! Prenez deux gardes par surprise en effectuant un double assassinat pendant qu’un autre joueur passe par le balcon pour tuer un autre trouble-fête par la voie des airs tandis qu’un troisième pote s’engouffre dans un bâtiment pour tuer votre cible et récupérer des documents…Un vrai travail d’équipe. Sachez que ces missions sont accessibles en toute transparence via votre carte et certaines d’entre elles peuvent d’ailleurs être jouées seul mais comme je le soulignais plus haut ça n’est pas une mince affaire, vérifiez donc bien leur niveau de difficulté avant de vous aventurer en solo dans un vol de tableaux par exemple. Notez aussi que ces missions vous rapporteront beaucoup de tunes, il ne faut donc pas hésiter à en faire sachant que vous aurez besoin d’argent pour améliorer votre assassin….Au fil de l’aventure vous gagnerez d’ailleurs également des points de compétences permettant d’améliorer votre équipement, vos armes et vos capacités.

Les missions en coop sont de vrais moments de fun !
Les missions en coop sont de vrais moments de fun !

En effet, toutes les compétences d’Arno seront à améliorer au fur et à mesure de votre progression contrairement aux anciens assassins qui bénéficiaient de certaines d’entre elles d’office comme celle qui permet de se noyer dans le décor en s’asseyant sur un banc. Ici, il faudra la débloquer. Idem pour le double assassinat par exemple. A noter, la capacité « Crochetage » qui vous permettra d’ouvrir différents coffres dont les serrures requièrent plusieurs niveaux de difficulté. Vous aurez également le plaisir d’habiller Arno des pieds à la tête car un choix impressionnant est offert en termes de tenues en passant des capuches, aux brassards ou encore aux ceintures…Ces vêtements d’Assassin vous apporteront diverses capacités selon leurs statistiques en termes de santé, de discrétion ou de portée.
Restons au rayon des missions mais passons à celles du mode solo. Rien de très novateur globalement mais certaines d’entre elles, celles concernant le boss, vous permettront de caler votre assassinat un peu comme bon vous semble. Plusieurs alternatives seront en effet possibles et vous laisseront le choix d’appréhender votre mission, c’est donc à vous de choisir votre style. Avant chacun d’elles, la fiche technique vous permettra de faire le point sur le nombre de gardes, le nombre de chemins possible, la possibilité d’avoir de l’aide ou pas etc…Ces missions sont un vrai plaisir et donnent l’occasion de peaufiner votre manière de jouer.
Toujours en termes de missions spéciales, notons les failles spatio-temporelles qui vous entraineront toujours dans Paris mais à des époques différentes comme celle des rois par exemple…Ces missions, courtes mais intenses vous plongeront dans une situation périlleuse dans lesquelles vous devrez vous sortir afin de trouver une nouvelle faille et retourner au temps de cette bonne vieille révolution…Ce sont à peu près les seuls moments où vous entendrez parler des assassins actuels et d’Abstergo. En effet, cette partie de l’histoire est clairement mise sur la touche dans ce volet. En ce qui me concerne, ça n’est pas un mal n’étant pas ultra fan de ces phases dans le présent, même si j’aurais aimé en apprendre plus sur l’histoire des Templiers…

Une vraie garde-robe pour Arno !
Une vraie garde-robe pour Arno !

A noter en plus, les quêtes annexes qui vous offriront pas mal d’heures de jeu en plus. Missions du café-théâtre, les enquêtes criminelles, les « récits Parisiens » mettant en scènes des personnages historiques ou encore les « Mystères de Nostradamus » qui proposent de résoudre diverses énigmes tournant autour des prophéties de ce dernier. Ces quêtes annexes apportent un cachet supplémentaire car elles tournent autour de l’histoire de France et de ses charmes…

En bref, ce nouvel épisode apporte quelques nouveautés bien sympathiques même si ça ne révolutionne pas la licence, notamment le mode coop qui est beaucoup plus cohérent qu’un mutli finalement. Celui-ci se greffe parfaitement à l’univers du jeu. Quant à l’ambiance dans ce Paris incroyablement réel et vivant, elle est tout simplement magique ! L’atmosphère pesante de la révolte plane sur les ruelles sombres, hantées par les mystères de l’histoire de France et malgré quelques bugs et quelques errances dans le gameplay (Arno fait parfois un peu ce qui lui chante) le jeu fait parfaitement le job pour donner envie de devenir le meilleur des maitres assassins. Vive la révolution !

Ma note à moi : 18/20

Carole

Admin

2 pensées sur “[TEST] Assassin’s Creed Unity :

  • 26 novembre 2014 à 2 h 11 min
    Permalink

    J’aime bien ce volet d’assassin’s creed, mais quand même pas mal déçu de la zone de « jeu », un peu petite quand on a connu les grands espaces (maritimes certes…) de BLACK FLAG. Graphiquement c’est très joli, ça rame un peu par moment mais rien de grave (PS4). Le gameplay a gagné en souplesse (Merci le système de cover). L’histoire… ah bon y’en a une ? En même temps les AC n’ont jamais brillés par leurs scénarios. Le fonds de l’action est intéressant (Aaaahhh La révolution française) mais le passé et le futur de notre personnage importe peu. En missions : y’a de quoi faire, certes un peu redondantes, mais on les remplies avec plaisirs. Ma note à moi : 16,5 / 20

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Translate »