[TEST+LIVE] Donkey-Kong Country Tropical Freeze : So fresh !

Si vous faisiez partie de ceux qui pensaient que la Wii U était morte, vous pouvez tout de suite revoir votre diagnostic. On a peut-être peu de jeux sur la princesse de Nintendo mais la licence du plombier italien et du singe le plus fun de l’univers vidéoludique restent au top, et le dernier épisode de Donkey-Kong le prouve bien ! En effet, Donkey-Kong Country Tropical Freeze s’inscrit dans la lignée de Donkey-Kong Country Returns sur 3DS et reprend les codes de DK Country sur Super Nes pour les mélanger habilement avec ceux des jeux actuels. Grand moment de kif pour les anciens joueurs mais aussi pour ceux qui découvriraient les aventures exotiques et fun à souhait de notre pote à cravate !

Donkey-Kong-Country-Tropical-Freeze-Creates-Quite-a-Buzz-at-NYCC-233143-large

Un petit coup de froid

L’histoire de cette nouvelle aventure avec la famille Kong nous entraîne de nouveau sur l’île paradisiaque sur laquelle elle vit en paix. C’est l’anniversaire de Donkey et la petite famille est réunie autour d’un gâteau et on entend avec nostalgie la musique d’intro de Donkey-Kong Country légèrement revisitée, qui rythme la fiesta…Au loin, un bateau s’approche de l’île. Sur celui-ci, les Frigoths, une bande de pingouins vikings et de bestioles diverses et variées qui ont une affection particulière pour le froid…Le chef de cette bande, une sorte de morse aux yeux menaçants, envoie alors un souffle glacé en direction du petit paradis de nos amis…16

Ok le scénario n’est pas le plus original, mais l’aventure va vous entraîner dans une telle frénésie, l’ambiance est tellement rafraîchissante, que quoi qu’il en soit, vous allez faire de ce moment un vrai régal pour tous les sens avec une réalisation soignée en HD qui fout une belle claque visuelle.

Les phases de plates-formes bien à l’ancienne sont ponctuées par des moments très dynamiques dans lesquels on utilise la route du vent en utilisant les traditionnels tonneaux qui nous envoient dans tous les sens grâce à la 3D isométrique qui offre une véritable richesse au gameplay.

Plus fun à 4 !

On avait l’habitude jouer en duo avec notre pote Diddie mais cette fois-ci vous le savez, Donkey sera épaulé non seulement par ce dernier mais aussi par cette vieille branche de Cranky et la jolie Dixie !

Cachés dans des tonneaux estampillés à leurs noms, ils attendent que vous les délivriez pour s’agripper sur votre dos et faire les 400 coups. En parlant de coup, collectez 100 bananes et vous déclencherez une action spéciale, le pow-kong : en d’autres termes, Donkey fera un check à son binôme et tous les ennemis des alentours se transformeront en bananes ou en pièces. Méga cool top fun !dkc-tf-6

Chacun des personnages qui accompagnent Donkey ont une capacité spéciale. Diddie est toujours équipé de son jetpack et nous permet de voler quelques secondes, Dixie donne plus de vélocité à nos sauts et Cranky peut rebondir sur sa canne en appuyant deux fois sur A ce qui nous permet de sauter plus haut et de récupérer des items sur des terrains impraticables pour notre singe comme les parterres de ronces par exemple…Bref, chacun son style et ça ne sera pas du luxe de pouvoir utiliser ces différentes fonctions car la route ne sera pas douce et calme…Petite note : les tonneaux tournent sur eux-mêmes avant que vous ne les brisiez ; tentez de les détruire lorsque le nom du compagnon souhaité apparaît. En effet, la manière de jouer change selon ce dernier et il faudra vous adapter aux situations et aux ennemis que vous allez rencontrer.

Pas facile d’être un Kong !

S’il fallait trouver un point noir dans ce dernier opus de DK, c’est tout trouvé : la difficulté. Certains niveaux sont presque impossibles à terminer à moins d’y rester un bon moment et d’avoir une patience d’ange ! Et je ne vous parle pas des boss avec qui les affrontements peuvent tourner au cauchemar : longs et éreintants. Du coup, ça devient vite du die and retry et je vous avoue que ça donne presque envie de casser la télé…Le  rythme qu’il faut suivre est parfois insoutenable et il faut refaire le parcours en avançant un peu plus à chaque fois pour parvenir au bout…De plus, on sent que Donkey manque un peu de légèreté et ça devient vraiment handicapant lorsqu’on saute. Encore pire à dos de rhinocéros…Quoi qu’il en soit, on s’accroche car l’univers est fantastique, l’environnement riche et soigné, plein de surprises et de bonus cachés…ss10

Si vous êtes fan de l’épisode sur Super Nes vous aurez la joie de retrouver des niveaux similaires à celui du chariot de la mine, un de mes préférés pour de rien vous cacher. C’est toujours aussi jouissif, plus fun encore qu’avant, mais le hic c’est que c’est presque trop difficile pour s’amuser autant…On retrouvera également les phases sous l’eau qui manquaient cruellement à l’appel dans l’épisode 3Ds.

Notre ami pourra profiter de l’ambiance apaisante et délicieuse des eaux de l’île dans laquelle les décors sont sublimés par les jeux d’ombres et de lumières…Et même si les musiques ont été revisitées, on reconnait aisément quelques notes de la bande-originale de DK Country sur Super Nes. Un bond en arrière qui ne rajeunit pas mais qui fait tellement de bien !

En bref, ce dernier opus de la célèbre licence de Nintendo offre un voyage exotique aux accents frais et épicés où les fans des premières heures et les nouveaux joueurs se retrouveront pour une aventure survoltée à dos de Donkey !

Ma note à moi : 18/20

Si vous souhaitez avoir la preuve en image, voici le live dans lequel Plume et moi-même sommes restés deux heures à partager ce moment exotique chez Gameblog ! Go !

carole

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Translate »