[TEST+LIVE] Castlevania : Lords of Shadow 2

Castlevania ! Un souvenir impérissable sur Nes en ce qui me concerne. Les aventures de Simon Belmont partant sur les traces du comte Dracula au fin fond d’une forêt dans un lugubre château ont marqué toute une génération et les trois quarts des joueurs ont pu continuer à suivre l’étonnante et vampirique histoire des Belmont à travers les nombreux jeux sortis les années suivantes.

Eh bien, même si je fais partie des fans de la première heure, je n’ai pas suivi ce schéma. C’est le seul Castlevania auquel j’ai joué ! Mais le troisième épisode de la trilogie des Lords Of Shadow a attiré mon attention, et j’avais envie de connaître l’issue de la triste histoire de cet homme au prénom d’ange, devenu prince des ténèbres pour oublier sa peine et luttant contre le mal pour échapper à la vie éternelle…

le-heros-gabriel-sera-dote-de-nouvelles-armes

Un vampire dans le mal

C’est d’un sommeil sans rêves que notre héros se réveille, torturé et malheureux comme les pierres, alors qu’il a été vaincu par Simon et Alucard des siècles plus tôt… Amaigri, les cheveux blancs, il a vraiment une sale gueule il faut le dire. Le démoniaque Zobek, roi des Nécromanciens vient de le réveiller pour lui faire une étrange proposition : lui offrir le repos éternel en échange de l’élimination de Satan qui ne va pas tarder à faire son come-back sur terre. Pour cela, il faut traquer et exterminer les acolytes de ce dernier pour l’empêcher de revenir… Il faut alors décimer une famille afin de retrouver nos forces et ainsi pouvoir mener ce combat à bien. Et retrouver visage un vampirique correct… Et c’est dans un univers très similaire à celui des « Batman Arkham » que nous allons évoluer. Ruelles sombres, entrepôts désaffectés, laboratoire futuriste mais aussi au cœur du château de Dracula puisque nous allons faire un ping-pong très fluide entre le monde moderne du présent et une réalité alternative dans laquelle Gabriel suivra le fantôme de son fils Trevor, qui malgré la haine qu’il voue à son père, va l’aider à recoller les morceaux du miroir du destin afin qu’il retrouve ses forces et ses pouvoirs.

Monstres et cie

Évidemment, notre héros possède toujours son fouet légendaire à la différence que celui-ci à un aspect plus organique et dégouline de sang…. Mais il peut également se servir des griffes du chaos, pratiques pour se débarrasser des ennemis armés de boucliers et protégés par de lourdes armures, ou encore pour balancer des bombes de feu et de l’épée du néant, un puissante lame, parfaite pour dézinguer les méchants et capable de changer l’eau en glace afin que notre vampire puisse s’y agripper pour atteindre des points inaccessibles jusqu’alors…Quoi qu’il en soit, une fois que vos adversaires sont à bout de force, achevez les avec un bon coup de crocs pour des finish moves très sanguins…

Mais notre ami assoiffé de sang a d’autres tours dans sa cape puisqu’il peut également de servir des nombreuses zones d’ombre pour prendre la forme d’un rat et se déplacer discrètement à travers les grilles d’aération ! Très kiffant et j’applaudis l’idée ! Un souci électrique vous empêche de passer ? Transformez-vous en rat et allez grignoter ce petit fil afin de couper le jus…. Une fois le job accompli, retrouvez une zone d’ombre et redevenez Dracula. Ces petites phases d’infiltration vous obligeront également à utiliser votre nuée de Chauve-souris. Cette dernière vous permet de distraire les Golgoths, ces ennemis gigantesques armés de canons tout aussi impressionnants et qu’il ne sert à rien s’affronter. Une fois leur attention détournée par les petites bébêtes, passez discrètement. Ni vu ni connu je t’embrouille 😉

castlevania-lords-of-shadow-2-tous-les-details

J’en profite pour passer rapidement au rayon du bestiaire. En plus des Golgoths, vous rencontrerez le plus souvent des possédés qui ont l’habitude de débarquer en famille, les soldats et des guerriers de la confrérie dont certains membres seront armés de boucliers, les serviteurs des catacombes, les moines noirs, des ennemis diaboliques pouvant fusionner pour donner naissance à des démons enflammés, des squelettes ensanglantés ou, plus rarement, des vampires déshonorés, sorte de loups-garous en armures équipés de boucliers et qui peuvent se téléporter quand bon leur semble, ce qui fait d’eux des ennemis redoutables…et vraiment effrayants. Mais ce n’est pas tout puisque vous rencontrerez également différents méchas et bien d’autres démons assoiffés de sang…Un peu comme Dracula quoi 😉 En bref, un bestiaire varié qui vous oblige à adapter votre style de jeu à chaque type d’ennemis ce qui rend le gameplay riche, dynamique et nerveux.

Des pouvoirs vampiriques

Ce cher Dracula dispose de multiples pouvoirs nous le savons mais il va également récolter pas mal de reliques lui offrant d’autres capacités. L’œuf de Dodo par exemple, lui permet de dénicher des gemmes et d’autres bonus cachés. Les larmes de Saint régénèrent une partie de l’énergie de notre vampire, tandis que le sceau d’Alastor débloque l’espace de quelques minutes, toutes les compétences de nos armes… Mais la relique des reliques, la triforce de Castlevania, reste évidemment celle qui permet à Dracula de prendre la forme d’un Dragon, le Médaillon du Dragon. Celui-ci pourra être utilisé une fois que vous aurez retrouvé tous ses fragments…Castlevania_lords_of_shadow_2_2

Notez d’ailleurs que vous pouvez aussi faire le plein de reliques à la boutique de Chupacabras qui a élu domicile dans la cité des damnés…Attention, ce petit vendeur qui ressemble étrangement à la mamie de Ranma 1/2 n’accepte pas les chèques et les tickets resto, il faudra payer en points d’expérience, prudence dans vos choix donc…Et tant que vous y êtes, tentez de relever les défis de Kleidos, accessibles depuis un miroir magique dans la boutique. Pour y accéder, il faut récolter des clous de Kleidos, disséminés un peu partout…

Bref, dans cet univers sombre à souhait, c’est un plaisir d’incarner ce Dracula torturé, sans compter que la réalisation est à couper le souffle. Les combats sont nerveux et pousse le joueur dans ses retranchements. Certaines rencontre demandent une vraie stratégie et il s’agit d’appuyer au bon moment à la seconde prêt sous peine de se faire dégommer…L’atmosphère et l’ambiance sonore rendent l’aventure encore plus immersive et délicieusement glauque. Un joli moment avec le comte aux dents longues.

Ma note à moi : 17/20

 

 

carole

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Translate »