[TEST+LIVE] The Order : 1886 : Quand l’élégance rencontre le jeu vidéo.

La première chose à dire sur The Order : 1886, c’est qu’il est magnifique. Probablement le jeu le plus beau actuellement. Sa beauté vous saute aux yeux, vous étourdit et vous entraîne dans un univers incroyablement immersif d’un réalisme étonnant. Mais le jeu de Ready At Down n’est pas encore sorti que déjà il se fait violemment titiller, notamment concernant sa courte durée de vie…Courte certes, mais l’aventure en elle-même, que vaut-elle ? L’expérience n’est pas la plus importante  ? Plongeon vertigineux dans l’ambiance mystérieuse d’un Londres envahit par le doute…et les lycanthropes !

maxresdefault

Mystère autour de la table ronde.

L’histoire vous la connaissez. Nous sommes dans la peau de Sir Galahad qui fait partie de la garde de la reine. Grande classe. Notre personnage et ses compères sont des chevaliers membres du conseil de l’ordre et cet ordre est un peu mis à mal dans notre scénario… Lafayette, Dame Igraine et Perceval, nos protagonistes sont tous débordants de charisme et d’élégance. C’est un plaisir d’incarner l’un d’eux. On se sent tout de suite chevalier, on se sent élégant. D’ailleurs, le maître mot de ce bijou vidéoludique est bien « élégance ». Tout est synonyme de raffinement dans la réalisation de The Order. Et c’est dans ce raffinement incroyable que se tient une véritable conspiration au sein même de la confrérie des chevaliers. L’ambiance est posée. Et elle est prenante, racée, délicieuse.
Je le soulignais plus haut, la première chose qui frappe quand on débute l’aventure, c’est évidemment la beauté de notre environnement. Textures à la finesse indescriptible, jeux d’ombres et de lumière saisissants, détails soignés…Le réalisme est tout simplement bluffant que ce soit en termes de décors ou d’apparence des personnages. Quelle claque bon sang ! Je regarde ce Londres ensoleillé et je me surprends à me perdre dans la contemplation du ciel, de la fumée qui sort d’une cheminée, d’un vol d’oiseaux, du mouvement des cheveux de sir Galahad qui ondulent sous la brise…C’est beau. Un vrai film.
Et d’ailleurs, The Order propose une expérience très proche de celle d’un film interactif avec ses nombreuses cinématiques et ses instants de contemplation. C’est un peu ce que les joueurs reprocheront à ce titre pourtant plein de charme. Évidemment, le gameplay ne propose rien de révolutionnaire et l’expérience est très dirigiste mais en ce qui me concerne, qu’est-ce que j’ai aimé y jouer !

Action, contemplation !

Heureusement, le jeu n’est pas qu’un succession de belles cinématiques ! Les phases d’action se chargent de refaire monter l’adrénaline entre chacune d’elles. Point noir : le coté très « découpé » qui ne nous laisse pas le temps de monter qu’il faut déjà redescendre. Cinématique, action, cinématique, action…Dommage ! D’autant que les phases d’action sont vraiment dynamiques et offre un gameplay nerveux voire jouissif par moment. Quelques phases d’infiltration s’ajoutent à la recette mais là, les QTE ( pas si nombreux que ça ) tombent un peu comme un poil sur la soupe…Nos ennemis peuvent nous repérer si on a le malheur d’appuyer sur le bouton un peu trop tôt, bref, c’est un peu frustrant. Cela dit, dans les phases de combat au corps à corps, ces mêmes QTE donnent du sel aux rencontres notamment quand on tombe sur un Lycan énervé…
Quoi qu’il en soit revenons aux phases d’action. C’est nerveux et très agréable même si l’IA est parfois totalement à la ramasse et offre une impression de « kermesse » avec des ennemis qui se lèvent puis se cachent, puis se relèvent puis se cachent à nouveau
Ici, choisissez votre arme via la croix directionnelle ( on peut transporter deux armes et deux types de grenade, explosif ou fumigène ) et dégommez du rebelle. Si vous tuez assez d’ennemis, la jauge de la « vue noire » se remplira et vous aurez droit à un joli bullet-time en appuyant sur L1. Celui-ci  vous permettra de dégommer tout le monde en quelques tirs automatiques. Vous n’aurez qu’à switcher d’un méchant à un autre et le tour sera joué.  Pratique. si jamais vous prenez trop de coup durant une phase de combat vous reprendrez votre énergie très vite en vous planquant mais sachez que vous pourrez utiliser l’eau noire. Celle-ci soignera toutes vos blessures juste avant que vous ne rendiez l’âme. Ouf. Cependant prudence, vous n’avez qu’une fiole à chaque fois.
Passons au rayon de l’arsenal : fusils à canon, pompes, mitraillettes, armes de poing, éléctrofusils bref la gamme de jouets proposée est large et plaisante. On reste admiratif quand on les regarde et qu’on voit la lumière se déplacer sur leurs courbes soignées. Et on a envie de les utiliser !

Un Londres sombre et inquiétant

Mais la force de The Order réside bien sûr dans son atmosphère inquiétante et son univers immersif. La narration et la direction artistique ne peuvent pas décevoir. Arpentez les rues brumeuses de Whitechapel, les couloirs abandonnés du métro londonien en vous retournant de temps à autre pour savoir si un lycan n’est pas à vos trousses, rencontrez des personnages historiques comme Tesla et immergez vous dans une aventure pleine de mystères.
Même si je trouvre dommage ne ne pas pouvoir plus interagir avec notre si bel environnement, vous pourrez inspecter pas mal d’objets au fur et à mesure de votre progression, comme des photos ou encore des cylindres phonographiques ce qui rendra l’expérience plus immersive encore.
Vous prendrez plaisir à crocheter des portes avec l’intelligent crochet de Stamford ou à couper des systèmes électriques avec votre correcteur-inverseur TS-27, invention de Tesla à la pointe de la technologie et de l’élégance…
Oui le Londres de The Order vous plongera dans une ambiance hors du commun et même si le bébé de Ready At Down n’offre rien de révolutionnaire, il a le mérite d’offrir de belles heures pendant lesquelles vous serez assurément transporté. Un moment de frénésie et de finesse à ne pas se refuser.
Attachment-1 (1)


Watch live video from QuintaineCarole on Twitch

Carole

Admin

2 pensées sur “[TEST+LIVE] The Order : 1886 : Quand l’élégance rencontre le jeu vidéo.

  • 19 février 2015 à 23 h 14 min
    Permalink

    Très bon article. Je reçois le jeu demain, j’écrirai également un Test dessus. Comme je l’ai toujours dit et pensé, les jeux les plus courts sont parfois les meilleurs !

    Répondre
  • 20 février 2015 à 10 h 40 min
    Permalink

    Une belle expérience vidéo ludique, si je devais la noter cela serait plus 15/20 mais votre analyse est bonne. Maintenant le titre va énormément diviser car il est plus dans la catégorie récit interactif que TPS pur et dur, perso j’adore les récits interactif mais je peux comprendre la déception de certains, même si certains les notes (de certains sites pro) me surprenne mais bon tout cela ne reste que du divertissement et tout cela reste très suggestif

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Translate »